Quatrième de couverture :

En 1999, après avoir publié trois romans devenus cultes, le célèbre écrivain Nathan Fawles annonce qu’il arrête d’écrire et se retire à Beaumont, une île sauvage et sublime au large des côtes de la Méditerranée.

Automne 2018. Fawles n’a plus donné une seule interview depuis vingt ans. Alors que ses romans continuent de captiver les lecteurs, Mathilde Monney, une jeune journaliste suisse, débarque sur Pile, bien décidée à percer son secret.

Le même jour, un corps de femme est découvert sur une plage et l’île est bouclée par les autorités. Commence alors entre Mathilde et Nathan un dangereux face à face, où se heurtent vérités occultées et mensonges assumés, où se frôlent l’amour et la peur…


Extrait :

J’eus à peine le temps de me jeter derrière un rocher qu’un coup de feu claqua dans l’air. A quatre ou cinq mètres derrière moi, l’impact de la balle projeta des éclats aigus qui crépitèrent à mes oreilles. Je restai prostré une bonne minute. Mon coeur cognait. Tout mon coeur tremblait et un filet de sueur coulait le long de mon échine. Audibert ne m’avait pas menti. Fawles avaient complètement disjoncté et pratiquait le tir au pigeon sur les intrus qui s’aventuraient dans sa propriété. Je demeurai plaque au sol ; je ne respirais plus. Après cette première sommation, la voix de la raison me hurlait de prendre mes jambes à mon cou sans demander mon reste. Pourtant, je décidai de ne pas reculer. Au contraire, je me relevai et repris mon avancée vers la maison. Fawles était maintenant descendu à l’étage inférieur, sur la dalle surélevée qui dominait les rochers. Un deuxième coup de feu atteignit un tronc d’arbre que le vent avait abattu. Le rondin explosa en gerbes de bois mort qui m’éraflèrent le visage. J’avais peur comme jamais. Obstinément, je persistai presque malgré moi à sauter d’un rocher à l’autre. Nathan Fawles, l’homme dont j’avais tant aimé les romans, ne pouvait pas être un assassin en puissance. Pour mieux me détromper, un troisième coup de feu fit voler la poussière à cinquante centimètres seulement de mes Converse. Bientôt, je ne fus qu’à quelques mètres de lui.

– Dégage ! Tu es sur une propriété privée ! lança-t-il du haut de la dalle.
– Ce n’est pas une raison pour me tirer dessus !
– Pour moi, ça l’est !


Genre : Roman / Nombre de pages : 347 / Année : 2019 / Édition : Calmann-Lévy / ISBN : 978-2-7021-6548-5


Mon avis :

Ce roman est déroutant. On avance de l’histoire de cet écrivain qui n’est plus. On découvre son passé et on comprend son présent. On se demande ce qui est vrai, ce qui est faux et à la fin on n’a toujours pas décousu le réel de l’inventé.