Quatrième de couverture :

Un corps en décomposition découvert au Châble, une cérémonie ésotérique dans les ruines de Rouelbeau un soir de pleine lune, des disparitions inquiétantes dans les institutions psychiatriques, de nouveaux phénomènes de possession signalés à Morzine plus de cent ans après les premiers cas, des ossements dérobés dans les catacombes de Paris…

Ces événements sont-ils liés ? Le lieutenant Aurore Pellet, de la police judiciaire d’Annecy, va se trouver seule à rassembler les pièces du puzzle, sur la piste d’un gourou aussi charismatique qu’énigmatique, le Mage noir.

Extrait :

Il était 3 h 30 du matin, le calme s’était emparé des rues parisiennes. Jusqu’à 2 h, les soirs de canicule, les routes et boulevards de la Ville lumière ne dormaient pas. À travers les fenêtres ouvertes dans la moiteur polluée, on pouvait entendre des couples se disputer, s’aimer, de la musique s’échapper parfois avec fracas, des rires, des pleurs. Des voisins qui ne se connaissaient pas dérobaient des instants de vie inédits aux uns et aux autres. La veille, le thermomètre avait grimpé jusqu’à trente-trois degrés et le béton encore bouillant renvoyait la chaleur accumulée vers le ciel. Même sur les bords de la Seine, l’atmosphère était étouffante. Dans le Jardin des plantes s’agitaient les animaux de la ménagerie, exténués par l’air chaud et lourd et excités par la présence de la lune pleine. Des grognements s’échappaient de certaines cages, des râles rauques, des soufflements. À quelques pas de là, le boulevard Saint-Marcel étendait ses bras jusqu’au carrefour des Gobelins où la circulation automobile s’était enfin ralentie. Les klaxons incessants de la journée s’étaient tus, les sirènes aussi. Le temps était au repos pour Paris, le lendemain, une nouvelle journée de labeur les attendait. La ville semblait enfin endormie. Pourtant, dans la rue du Jura, une petite artère perpendiculaire au grand boulevard, se déplaçait une ombre silencieuse. Des noctambules l’entraperçurent, ils ne crurent cependant pas à cette vision, pris de stupeur et surtout de boisson. Elle semblait flotter dans la nuit, remontait la rue, effleurant les portes d’entrée, longeant le trottoir. Il s’agissait d’une figure sombre et non pas translucide, ce qui la distinguait d’un fantôme ordinaire. S’arrêtant soudainement, elle fut rejointe par une autre. Puis, elles disparurent ensemble dans le sol quelque part entre les numéros neuf et onze.


Genre : Polar / Nombre de pages : 496 / Année : 2018 / Édition : L’âge d’homme / ISBN : 978-2-8251-4731-3


Mon avis :

Vous vous souvenez du lieutenent Aurore Pellet et du commissaire Rouiller de L’Ogre du Salève ? Quel bonheur j’ai eu de les retrouver dans ce nouveau polar de Olivia !

J’avais commencé « Le mage noir » il y a des mois, même avant sa sortie, mais je ne sais pas pourquoi, je n’avais pas pu aller plus loin que quelques pages. Je l’avais laissé de côté en me promettant de le reprendre rapidement. Je suis persuadée que parfois il faut laisser un livre mûrir avant de s’en approprier les mots. C’était le cas pour celui-ci.

J’ai pris mon temps et quand j’ai recommencé ma lecture, je n’ai plus pu le lâcher ! J’ai retrouvé avec grand plaisir les inspecteurs de L’Ogre du Salève. Comment Aurore s’est-elle remise de L’Ogre ? Est-ce que le commissaire Rouiller est heureux dans sa retraite ?

Avec « Le Mage noir », Olivia réussi à merveille à imbriquer plusieurs enquêtes qui, au fil des pages, se révèlent l’une à l’autre. Comment peut-on imaginer que toutes ces affaires sont liées, et dont le « Mage » orchestre chaque « crime » sans laisser aucune trace de qui il est !

j’ai adoré ce polar et j’ai hâte de lire la suite, car oui il y aura une suite !

coupsdecoeur


Merci à Olivia et aux éditions de L’Âge d’homme pour ce polar en Service Presse !